Entre masturbation et religion

Le 30 juillet dernier je vous parlais du livre de Rosemonde PUJOL, Un petit bout de Bonheur, Petit Manuel de Clitologie. Plus je progresse dans ma lecture plus je rebondis sur ce que je lis. Je trouve fascinant le travail d’enquête réalisé par l’auteur, à propos du clitoris, sur une population de tous âges. A la page 78  Rosemonde PUJOL relate les propos d’une dame de 78 ans, veuve, catholique, qui déclare : « – J’ai perdu mon mari juste avant la mort de Jean-Paul II. Ce fut affreux, doublement affreux pour moi… Oui, je suis très catholique… très pratiquante. Ca me sauve ! Mais maintenant, tout à coup, voilà que je suis excommuniée – le nouveau pape l’a écrit dans son Catéchisme. Alors que je me croyais chaste, je fais un péché grave, mortel contre la chasteté. Sans le savoir. Sans le vouloir. … Depuis que le nouveau Catéchisme est sorti, j’ai appris – c’est l’article 492- que la masturbation était une faute aussi grave que le viol, la prostitution et l’homosexualité. … Avant,  je plaignais tous ceux qui ne croient pas en Dieu, en Jésus mon sauveur… Maintenant, il m’arrive d’envier ceux qui ne croient en rien. Et c’est encore un péché de plus. Et je ne sais plus que faire, ni que penser. »Je trouve désolant, révoltant d’arriver à déstabiliser cette vielle dame. En tant que croyante, catholique je suis choquée qu’au nom de la religion on compare des violeurs à des personnes qui se contentent de donner ou de se donner du plaisir !  Je ne rêve pas, c’est bien le Christ, qui disait à propos de Marie-Madeleine « Que celui qui n’a jamais péché, lui jette la première pierre ! » ? Qui sommes-nous à côté de lui pour juger ?

Devons-nous bannir de notre vocabulaire, voir supprimer du dictionnaire catholique le mot tolérance ? On n’arrivera pas à me faire croire ou penser que mon Dieu d’amour souhaite cela. J’étais déjà révoltée de savoir que les divorcés étaient excommuniés. Est-il préférable de vivre dans l’hypocrisie, dans le malheur d’une vie de couple plutôt que de divorcer ? Vaut-il mieux mettre des enfants au monde et les abandonner ou les rendre malheureux plutôt que d’autoriser de pauvres femmes et jeunes-filles à interrompre une grossesse à son début si elle n’est pas désirée ? J’ai l’impression que toutes ces institutions bien pensantes jugent plus qu’elles n’écoutent et cherchent à comprendre.

Quand on entend parler de prêtres qui se sont livrés à des pratiques pédophiles sur des enfants dont ils avaient la charge, n’aurait-il pas été préférable des les laisser vivre leur sexualité plutôt que des les laisser troubler et traumatiser des enfants ?

Qui va répondre à toutes mes questions et à celle de cette vieille dame ?

Je vais continuer à croire envers et contre tout mais qui suivre sur le chemin pour me guider, si à chaque pas je risque d’être reléguée au rang des impures et abandonnée par ma communauté ?

Et encore je n’ai pas abordé le sujet de l’homosexualité ! Qu’ont-ils fait pour mériter d’être placés à côté des violeurs eux aussi ? Coupables d’aimer quelqu’un du même sexe qu’eux ? Mais l’essentiel n’est-il pas d’aimer, simplement, sincèrement ?…
Bon je retourne finir mon « Petit Manuel de Clitologie », je vais essayer  de trouver un petit bout de bonheur… comme tout le monde, pas vous ?…

Vous aimez cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Ce contenu a été publié dans Blog, Livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *