Pour le meilleur et pour le pire…

Je ne me souviens pas exactement de la formule consacrée que le curé ou le maire blablate lors des mariages mais c’est un truc du style : « Les époux s’engagent à rester unis dans la vie , quelles que soient les circonstances bonnes ou mauvaises . Ils devront s’apporter mutuellement aide et soutien dans les moments difficiles ou douloureux qu’ils rencontreront forcément au cours de leur vie commune …. »  dans les pays anglo saxon à moment donné le pingouin maître de cérémonie déclare une petite phrase genre : « Vous êtes unis pour le pire et le meilleur…« .

Tu parles d’un cadeau !
Beau début de vie à deux !

Bon vous l’aurez deviné je ne suis pas experte en mariage, étant célibataire et loin d’être fan de mariage en général !
Tout ça pour vous parler d’une femme que j’adore et qui a fêté en 2010 son quart de siècle de mariage pour le pire et le pire !
Et oui à l’heure des bilans, 25 ans est une bonne date pour en faire un, quand on fait l’addition elle est difficile à digérer !
Quand on totalise dans les colonnes, affection, attention, cadeaux, gentillesse, amour, délicatesse, tendresse, enfants, dettes, grossiereté, contrariété, méchanceté, hypocrisie, malhonnêteté, etc… parfois ça fait peur !

Deux maisons vendues pour dettes de jeux, la troisième en cours de vente, se retrouver en location à l’approche de la retraite on pourrait souhaiter mieux mais bon… tant qu’on s’aime et qu’on est deux !
Bien sur il y a les enfants, 2 grands jeunes gens dont un garçon égoïste préoccupé par son nombril, qui comme son père, ne la voit plus ne la regarde plus et ne la considère pas mieux qu’un décor habituel de cheminée !
Mieux encore qui l’insulte dès qu’il le peut !
Suis-je méchante ? non réaliste sans doute et hélas !
25 ans de bons et loyaux services, louable et corvéable à souhait !
Anticiper les désirs et besoins de tous, acquérir et entretenir le nécessaire et superflus pour une bande d’ingrats famille aimante et reconnaissante (pardon je me gausse!)!
Comment dire, elle est bonne comme le bon pain !
Trop bonne trop conne, ça se ressemble tellement que la confusion est possible, facile, naturelle…
Oubliées les nuits de veilles des enfants et du mari malade, oubliés les bisous, les gâteaux, les cadeaux, les bons petits plats, les journées de bricolage (parce que monsieur n’aime pas), on ne retient que sa faiblesse !
On pardonne tout à celui qui fait des conneries !
On ne pardonne rien, on ne passe à rien à celle qui est soumise, douce, aimante, amoureuse sans doute même malgré les années !
Pourquoi tu ne l’as pas quitté ?
Pourquoi tu ne nous as pas élevé plus sévèrement ?
Pourquoi tu nous as toujours tout donné ?
Tu n’as pas de caractère ! Eux, sont caractériels !

Pourquoi tant de haine face à tout cet amour donné ?

Tant pis, moi je l’aime pour sa force et ses faiblesses…

Réfléchissez bien avant de vous marier…

Vous aimez cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *