La taille douce des arbres

La taille douce des arbres, appelée également taille raisonnée, est une technique de coupe permettant une meilleure canalisation de la sève pour une croissance optimale de l’arbuste. Comme son nom l’indique, ce type de taille est très délicat. Il est basé sur une bonne observation en tenant compte de l’aspect physique de l’arbre en question. Ainsi, procéder à la taille douce nécessite quelques principes à suivre. Elle favorise un bon entretien de la forme de l’arbre à élaguer et a des conséquences avantageuses sur la plante.

Principes de la taille douce des arbres

La taille douce repose sur quelques principes de base à respecter. Premièrement, avant de faire la taille douce d’un arbre, il faut bien observer et bien connaître la caractéristique du végétal. En effet, la connaissance et le respect de la nature sont primordiaux avant de faire l’élagage. Il faut observer la période de fructification ou de floraison des bourgeons. Procéder à la taille d’un arbre sans savoir sa nature permet de savoir les modalités de taille à faire (fruitière, de formation, d’entretien, de sauvetage, en boule ou en nuage, etc.).

Deuxièmement, il faut bien tailler pour accélérer la cicatrisation. Cependant, pour faire un élagage correctement, il est préférable d’utiliser un sécateur télescopique pour ne pas enlever une très grosse branche. Que ce soit des branches, des gourmands ou des fourches, il faut bien mesurer l’angle de coupe pour ne pas endommager les jeunes pousses. De ce fait, si la coupe n’est pas faite comme il se doit, les substances antiseptiques que l’arbre sécrète n’auront plus d’effet cicatrisant sur les plaies.

Finalement, le troisième principe de la taille douce des arbres est le respect de la plante. Contrairement à la taille sévère, la taille douce veille à la santé et à la forme naturelle de l’arbre. Pour éviter que l’arbre soit envahi par des parasites, des champignons ou d’autres contaminations, l’élagage doux s’avère nécessaire.

Taille douce des arbres : entretien de la forme

La taille douce vise à l’entretien de l’arbre, surtout sa silhouette. En effet, quand l’arbre grandit et atteint certains âges, les branches commencent à prendre de l’ampleur et s’entrecroisent entre elles, les rameaux se densifient à l’intérieur du houppier bloquant l’entrée de la lumière. Le végétal ne serait plus joli à voir. Ainsi, lors de l’élagage, il faut garder les branches maîtresses et les branches porteurs de bourgeons, le plus robuste et le mieux orienté. Ceci est fait pour favoriser le développement des ramifications suivant une ligne bien tracée.

La taille douce d’entretien doit se faire suivant quelques techniques, en fonction de l’essence et de l’âge de l’arbuste.  Elle se fait une fois tous les 2 ans pour les jeunes arbres de plus de 10 ans. Quand ils atteignent la maturité c’est-à-dire plus de 20 ans, l’élagage se fait tous les 4 ou 5 ans. Pour terminer, les arbres de plus de 30 ans se taillent une fois tous les 10 ans. À noter que les coupes ne doivent pas être excessives, un faible diamètre suffit selon les essences.

Les conséquences de la taille douce des arbres

D’une part, après une intervention par la pratique d’une taille douce effectuée par un professionnel comme cet élagueur expérimenté dans le 07, l’arbre en question met en place des mécanismes de défense pour isoler les plaies et empêcher la pénétration des agents pathogènes. De surcroit, la formation d’un bourrelet cicatriciel assure une vitesse de recouvrement et de cicatrisation de l’arbre.

D’autre part, une taille bien exécutée tend à une parfaite reconstitution des feuillages et des réserves de l’arbre. Dans le meilleur des cas, l’aspect architectural de ces verts majestueux  prendra forme peu à peu. D’où la nécessité d’une taille délicate !

Vous aimez cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *