LES POINTS ESSENTIELS CONCERNANT LA SOUDURE

Il ne suffit pas de posséder un fer à souder et une tige de brasure pour être en mesure de réaliser toutes les soudures que demande le montage ou la réparation d’un quelconque circuit imprimé. Des points essentiels sont à observer pour assurer la qualité et la sécurité d’une opération de soudure en électronique.

Les bases de la soudure en électronique

La soudure est le procédé consistant à fixer un ou des pièces électroniques sur un circuit imprimé ou à assembler certaines d’entre elles et qui est réalisé en faisant fondre un fil en alliage métallique à base d’étain, avec ou sans plomb, sur les points de connexion puis en le laissant se solidifier. Une liaison permanente est ainsi créée entre les composants électroniques. Il faut savoir que ce métal de liaison qu’on appelle également soudure contient un flux décapant, encore appelé âme décapante, dont le rôle consiste à éliminer l’oxydation présente sur les zones à souder et de ce fait, augmenter le pouvoir d’absorption par capillarité de la soudure et optimiser le contact électrique ainsi que la résistance mécanique de la connexion. La mise en place des composants avant leur soudure nécessite souvent ce moyen de fixation qu’est la pâte à souder qui se compose d’étain, de flux décapant et d’un composé permettant sa viscosité.

Les outils de soudage en électronique

D’une part, tout le monde connaît le fer à souder de forme stylo ou pistolet qu’on branche sur le secteur pour chauffer l’étain. Il existe aussi un modèle qui se connecte par prise USB pour une puissance limitée à 8 Watts contre quelques centaines de Watts pour les modèles puissants. Si on travaille sur une variété de projets, il vaut mieux choisir un modèle doté de pannes, c’est-à-dire de pointes interchangeables avec des formes et des tailles différentes. Les pannes de fer à souder se nettoient idéalement avec une éponge en laiton. Il y a d’autre part la station de soudage qui est une installation autonome caractérisée par une polyvalence et une flexibilité élevées avec par exemple la possibilité d’ajuster la température de chauffage. L’électronicien amateur ou pro s’approvisionnera en fils de soudure et en pate à soudure évidemment. Il faut savoir que la soudure au plomb est plutôt agressive pour la santé de l’utilisateur.

Les précautions à prendre en faisant de la soudure

Suivant l’adage « Il vaut mieux prévenir que guérir », le soudeur malin se dote de ce qu’il faut pour sécuriser ses interventions. Contre les brûlures causées par la tête brûlante de son outil, il se dote d’un support de fer à souder. Il se protège les yeux des projections accidentelles de débris, voire de soudures brûlantes, avec des lunettes de protection. Il dégage l’air vicié par la fonte de soudure, surtout si celle-ci contient du plomb, au moyen d’un ventilateur, d’un extracteur de fumées ou tout simplement en bien aérant son lieu de travail. Pour se faire aider dans le maintien des éléments à souder et s’offrir une acuité accrue pendant une intervention, il s’équipe d’un dispositif appelé troisième main et qui est un appareil doté de quelques pinces crocodiles, d’un éclairage et d’une loupe. Pour obtenir un travail clean après la soudure, il fera usage d’un nettoyant de flux de soudure en respectant les règles de sécurité.

Conclusion

Une soudure n’est efficace que lorsqu’on utilise un flux décapant. Elle est d’autant plus bien précise que le soudeur utilise une pâte à soudure pendant la préparation. L’utilisation d’un fil à soudure au plomb est réduite au profit de la soudure à la colophane sans plomb. Il faut bien s’équiper pour éviter le risque élevé de brûlures inclus dans cette activité.

Vous aimez cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *