Pourquoi vapoter est-il meilleur que fumer ?

Depuis quelques années, le vapotage tend à détrôner le tabagisme. La cigarette électronique est même la seule à avoir réussi à détrôner la cigarette classique jusqu’à aujourd’hui. Depuis qu’elle a été lancée sur le marché, les ventes de tabac ont grandement chuté, poussant les cigarettiers à proposer des e-cigarettes à leur tour. Cela signifie-t-il que la vape est meilleure que le tabagisme ? A tous les coups, nous répondons oui et voici pourquoi …

Pas de goudron produit dans la vape

Quel que soit le modèle que vous choisissez dans le top vapoteuse électronique, sachez qu’ils ont tous le même mode opératoire. Les e-cigarettes sont toutes pourvues d’une batterie, d’une résistance, d’un réservoir d’e-liquide et d’un embout buccal. Tous ces éléments agissent ensemble pour produire de la vapeur.

Cette dernière contient les différents composants utilisés pour la conception de l’e-liquide à savoir du propylène glycol (PG), de la glycérine végétale (VG), des arômes et éventuellement, de la nicotine et de l’alcool. Ces deux derniers ingrédients sont facultatifs tandis que les trois premiers sont obligatoirement présents.

Si on regarde cette formule, on peut voir que les liquides utilisés ne contiennent aucun produit toxique pour l’organisme. Même une fois qu’ils sont évaporés, ils ne génèrent pas de produits cancérigènes comme le goudron.

La fumée, par contre, en contient à forte dose puisque le goudron est directement issu de la combustion du tabac. Il est un mélange de nombreuses substances chimiques dont 90 % d’entre elles sont sources de cancer. On cite notamment les nitrosamines, les hydrocarbures polycycliques aromatiques … Au fur et à mesure que la personne fume, du goudron va se déposer dans ses bronches et ses poumons. A la longue, il va y entraîner un cancer.

Cela ne risque pas d’arriver avec le vapotage puisque la vapeur inhalée ne contient pas de goudron.

Pas de monoxyde de carbone dans la vape

Comme on vient de le voir, la vapeur est saine de tout produit chimique. Elle ne contient pas non plus du monoxyde de carbone ou CO. Pour cause : pour qu’on ait du monoxyde de carbone, il faut qu’il y ait combustion. Et on sait tous que la cigarette électronique n’y a pas recours pour fonctionner.

Pour faire plus simple : lorsque vous brûlez une tige de cigarette, il y a combustion qui atteint une température de plus de 800°C. Cette combustion va produire du monoxyde de carbone qui est à la fois incolore et inodore. Il est pourtant très toxique puisqu’il va se fixer aux globules rouges de notre organisme à la place de l’oxygène. Résultat : les organes du corps sont moins bien oxygénés et le sang devient plus visqueux puisque la moelle osseuse va augmenter sa production de globules rouges afin de mieux oxygéner le sang. Du sang trop visqueux augmente pourtant le risque de thrombose à cause d’un dépôt de cholestérol important sur les parois artérielles.

Avec la vape, vous n’êtes pas exposé à un tel risque puisqu’il n’y a pas combustion et donc pas de monoxyde de carbone à inhaler.  

La nicotine présente, mais en quantité moindre

En ce qui concerne la nicotine, on en trouve aussi dans les e-liquides pour cigarettes électroniques. Rappelons que la nicotine est issue des feuilles de tabac et est considérée comme une « drogue dure ». Chez les fumeurs, elle est la principale source de dépendance physique.

Sur notre organisme, cette substance agit comme suit : le fumeur tire une bouffée nicotinée de sa cigarette, la nicotine atteint le cerveau en moins de 7 secondes et va se fixer sur des récepteurs nicotiniques. Le cerveau libère alors de la dopamine, substance connue pour détendre, pour apaiser et pour apporter du plaisir. C’est cette sensation que les fumeurs recherchent dans le tabagisme. Lorsqu’ils décident d’arrêter de fumer, ils ne retrouvent plus ces sensations apaisantes d’où leur anxiété, leur stress et parfois même leur détresse et dépression. Ce sont-là les symptômes du manque.

Pour combler cela et puisque la nicotine n’est au final responsable que de la dépendance physique sans conséquences réellement néfastes sur notre organisme, les autorités ont accepté d’en ajouter dans les e-liquides. Il faut toutefois comprendre que le taux de nicotine dans les e-liquides est strictement limité à 20 mg/ml. Certains liquides en contiennent beaucoup moins puisque le vapoteur doit adapter son niveau de dépendance au bon dosage.

On peut alors dire que le risque de dépendance demeure dans la vape, mais elle est moindre. D’un côté parce que la teneur est limitée et d’un autre côté, parce que l’e-cigarette induit une absorption lente de la substance. Cela est dû à l’absence de combustion qui, elle, favorise une absorption rapide de la nicotine par l’organisme. De ce fait, même si le vapoteur risque de devenir dépendant des liquides nicotinés, la dépendance mettra plus de temps pour s’installer.

Vous aimez cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Ce contenu a été publié dans Divers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *